Culture

L’hospitalité fait partie des racines essentielles chez les Ouzbeks. Les autochtones vivaient sur les carrefours de l’ancienne Route de la soie et leurs vies dépendaient grandement de leurs négoces et de leurs relations avec les étrangers qui voyageaient d’est en ouest puis s’en retournaient sur leurs terres emportant avec eux la soie, les poteries et bien d’autres marchandises. Faisant abstraction de la nationalité des voyageurs qui sont toujours traités comme s’ils étaient envoyés par Dieu, les Ouzbeks sont des gens curieux et hospitaliers, aimant les rencontres.

 

Marchés

Le bazar est un endroit fascinant où vendeurs et acheteurs se mélangent dans un jeu coloré et bruyant. Ce jeu c’est le marchandage et les gens l’adorent. Lorsque vous visitez l’Ouzbékistan, allez visiter un bazar et marchandez thé, habits, fruits… Vous reviendrez avec des souvenirs inoubliables.

 

Tchoykhona

L’Ouzbekistan est célèbre aussi pour ses tchoykhonas (maisons de thé), où les hommes se réunissent pour discuter, rire et parfois jouer autour d’un bol de thé. Les femmes prennent traditionnellement soin de la maison et cuisinent. Les hommes ouzbeks sont aussi généralement de bons cuisiniers et la Tchoykhona est un endroit qu’ils affectionnent pour cuisiner ensemble et préparer le pilaf (riz avec de la viande et des légumes) ou le Kazan-kebab (viande frite avec des pommes de terre).

Arts Appliqués

Les arts appliqués sont un véritable phénomène culturel et historique qui s’inscrit dans les traditions ouzbeks.Les magnifiques ensembles architecturaux de Boukhara, Samarkand, Khiva, Tachkent et Ferghana sont fameux pour leurs travaux d’artisanats. Les pièces si envoûtantes réalisées par les maîtres en ébénisterie, en sculpture, en miniatures, broderies et joailleries sont des diamants dans les monuments qui leur servent d’écrins.
Il ne faut pas penser que l’artisanat n’intéresse plus que les musées. La tradition continue à se perpétuer et l’on peut admirer les confections contemporaines du XXème siècle sur beaucoup de murs de maisons décorés avec les tapis, les susani, les céramiques, les carreaux. Dans la sculpture du bois, les artisans de Tachkent et de Ferghana sont très populaires avec leur production de petits mobiliers, tables, chaises, boîtes... Ces souvenirs seront pour vous les ambassadeurs de la culture et de l’histoire de l’Ouzbekistan.

Vêtements traditionels

Les vêtements traditionels ouzbek sont très variés suivant la saison et la région. D’habitude dans les grandes villes les ouzbeks portent les vêtements européens, mais dans les villages et pour les fêtes ils s’habillent du costume national. Pour les hommes c’est la robe en soie rayée de couleurs vives ceinturée d’un beau mouchoir ( kouchak ) avec la calotte sur la tête. Les femmes portent des robes en soie longues et larges de couleurs vives avec une châle coloré ou blanc ou bien une calotte en soie sur la tête.

Navrouz

C’est pendant les fêtes nationales qu’on peut observer la culture et les coutume d’un peuple. Navrouz est l’un des fêtes les plus pittoresques et réjouissantes pour le peuple ouzbek. C’est la fête du printemps. Il marque le premier jour du printemps et le début de l'année dans le calendrier perse. Navrouz prend ses racines à l’époque où dans les vieux quartiers de l’Avesta, le livre saint du zoroastrisme intitulé « La fête du Navrouz Grande » a été écrit. Selon la légende, ce fut le jour où le Créateur fit le monde. En règle générale, Navrouz représente bien plus que la fête populaire. Pendant de nombreux siècles on croyait qu’en célébrant brillamment et heureusement Navrouz la nature serait plus généreuse avec les gens . Par conséquent, ce jour-là les gens chantent des chansons rituelles, dansent et s'amusent, profitent de la venue du printemps! Aujourd'hui en Ouzbékistan à l’occasion de la fête de Navrouz se déroulent les festivités dans les rues, dans les grands bazars. On ne peut pas imaginer la fête de Navrouz sans sumalak, bouzkachi et kourach.

Sumalak - un plat du Nouvel An cuit dans le grand marmite et à base de farine et de grains de blé germés, parfois avec des épices. Les grains germés sont un symbole de la vie, la chaleur, l'abondance et la santé. On considère que Sumalak doit être cuit lentement pendant 24 heures, et la cuisson devrait être accompagnée par des chants et des mélodies humoristiques, amusantes, qui raconteraient des histoires drôles et des légendes différentes. Il est nécessaire de jeter quelques cailloux et les noix dans le chaudron afin d’éviter de brûler Sumalak. Lorsque le plat légendaire est prêt, il devient doux bien qu’on n’y ajoute pas un seul gramme de sucre. Et ceux qui trouvent une noix ou un caillou dans leur assiette peuvent croire que leurs désirs sincères seront exaucés.

Kourach c’est une lutte traditionnelle d’Asie Centrale. La spécificité de ce type de lutte est que les lutteurs se saisissent de leur adversaire au moyen de serviette. Depuis l’antiquité kourach était une sorte d’animation lors des mariages et des fêtes traditionnelles. Le grand savant de l'Orient Avicenna était persuadé que la pratique de Kourach est l'une des meilleures façons de soutenir la santé du corps et de l'esprit.

Le bouzkachi (« jeu de l'attrape-chèvre ») est un sport équestre collectif. Le terme bouzkachi est un mot persan composé des mots boz (la chèvre) et kachi (la traction). Le bouzkachi peut regrouper des centaines de joueurs, généralement répartis en équipes de 10 joueurs. Une carcasse décapitée, traditionnellement celle d’une chèvre, est lancée sur le sol au milieu du cercle des cavaliers. Au signal, les cavaliers se ruent vers la carcasse et tentent de la ramasser, tâche qui à elle seule nécessite une grande force. Pour compter un but, le cavalier muni de la carcasse devait, à l'origine, galoper vers un but souvent à plus de deux kilomètres au travers des adversaires armés de fouets, puis rapporter la carcasse au point de départ. De nos jours, il faut plus simplement atteindre une zone déterminée. Les chevaux employés pour ce jeu subissent un entraînement spécial et coûtent très cher.

Sharq Taronalari – Mélodie d’Orient

Festival International de Musique "Sharq Taronalari" ( "Melodies of Orient") est l'un des plus grands festivals en Asie centrale. Les principaux buts et objectifs du festival sont de vulgariser largement les meilleures réalisations de l'art de la musique nationale, de préserver et de développer de grandes traditions de personnes, afin d'encourager les talents dans la sphère musicale et vocale, ainsi que de se propager dans d'autres liens créatifs internationaux, à renforcer la coopération culturelle et spirituelle, à la louange de la paix, de l'amitié et des idées de bienveillance mutuelle. Tous les deux ans entre le 25 et le 30 Août le Festival International de Musique "Sharq Taronalari" ( "Melodies of Orient") a lieu sur la place de Registan.

Le murmure des cocons de soie

Le murmure des cocons de soie
Durée: 15 JOURS / 13 NUITS

*

en savoir plus sur le circuit
Essentiel Ouzbékistan

Essentiel Ouzbékistan
Durée: 8 JOURS / 6 NUITS

*

en savoir plus sur le circuit
Jardins de Tamerlan

Jardins de Tamerlan
Durée: 12 JOURS / 10 NUITS

*

en savoir plus sur le circuit
Au coeur du pays du soleil

Au coeur du pays du soleil
Durée: 16 JOURS / 15 NUITS

*

en savoir plus sur le circuit